A |B |C |D |E |F |G |H |I |J |K |L |M |N |O |P |Q |R |S |T |U |V |W |X |Y |Z
trouver votre inventions parmi les 26

Les inventions lyonnaise

Lyon est une ville riche en histoire et en innovation, et a vu naître de nombreuses inventions qui ont eu un impact significatif sur le monde. Voici quelques exemples d'inventions lyonnaises :

Il y a plus de 26 inventions lyonnais (créer par un Lyonnais ou a Lyon) ?

Le Cordage De Tennis

    Inventer par Pierre Babolat

    Nadal, Sampras, Bjorg et beaucoup d'autres. De nombreux champions ont bénéficié de l'innovation de la famille Babolat, installée à Lyon, aujourd'hui dans le quartier de Vaise.

    En 1875, le tennis venait tout juste d’être inventé, quand Bussey, un fabricant anglais de raquettes, s’est rendu à Gerland. Il est venu frapper à la porte de la société Babolat pour lui demander si elle était capable de fabriquer un cordage pour équiper ses cadres. L’entreprise familiale lyonnaise n’avait alors aucun lien avec le sport. Elle était spécialisée dans la transformation de boyaux de mouton pour la charcuterie, les cordes à instruments musicaux et les ligatures chirurgicales.

    Néanmoins, le défi a intéressé Pierre Babolat, à la tête de la société. Sans hésiter, il est entré sur le court. Et ce fut une révolution.

Le Sens Giratoire

    Inventer par Louis Lépine "Préfet de police de Paris"

    Vous vous rappelez l'avocat et homme politique Louis Lépine ? Né à Lyon en 1846, il est surtout connu pour avoir donné son nom à un concours qui met en lumière les inventions.

    Mais c'est à Paris, lorsqu'il était préfet, que Louis Lépine, désireux de réorganiser la circulation, a eu l'idée de mettre en place les sens giratoires, mais aussi les sens uniques et les passages piétons, au début des années 1900.

    Attention, à ne pas confondre avec les carrefours giratoires, inventés par Eugène Hénard en 1906 à Paris (place de l'Étoile), aujourd'hui appelés communément rond-points.

Le Coussin Ralentisseur

    Inventer par Gérard Gerbelot

    Ah celle-là, certains s'en seraient bien passés. C'est en tout cas un habitant de Saint-Priest, Gérard Gerbelot, qui a déposé le brevet du coussin ralentisseur rectangulaire, en 1999.

    Le dirigeant sanpriot s'est très vite étonné du succès de son invention et donc de son entreprise, Aménagement Lyonnais, qu'il pensait seulement développer dans le département. Mais le succès de son prototype, baptisé Coussiral, a été immédiat.

    En un peu plus de quinze ans, il a multiplié le chiffre d'affaires de l’entreprise par dix. Au grand dam de certains.

La Plaque D'immatriculation

    C’est une invention peu connue, mais bien réelle : les premières plaques d'immatriculation sont nées à Lyon.

    Tout est parti des accidents fréquents dans les allées du parc de la Tête d'Or, autrefois autorisées à accueillir des véhicules à moteur. Il fallait identifier les contrevenants, alors un simple numéro a été apposé par le propriétaire.

    En voyant le succès de la démarche, la plaque d’immatriculation personnelle a été distribuée à Lyon au mois de juillet 1900. Un an plus tard, un décret annonçant la généralisation de la procédure sur tout le territoire français a été lancé.

La Police Scientifique

    Inventer par edmond locard "Criminologiste"

    Le premier laboratoire de police scientifique au monde a été créé à Lyon, en 1910, par Edmond Locard.

    Né dans la Loire, mais étudiant et habitant à Lyon, Edmond Locard est considéré comme l'un des fondateurs de la criminalistique et comme un défenseur de la coopération policière internationale.

    Le laboratoire s'est donc installé dans les combles du Palais de justice de Lyon et a permis dans l'année en cours l'identification des criminels grâce à la dactyloscopie, l'étude des empreintes digitales.

    Aujourd'hui encore, ses préceptes sont utilisés dans plusieurs laboratoires de police de France. Ses travaux sont également à l'origine d'Interpol, dont le siège français est installé à la Cité Internationale.

La Machine à Coudre

    Inventer par Barthélémy Thimonier

    Cette invention nous vient du Pays de l'Arbresle. En 1830, Barthélémy Thimonier, un tailleur natif de la commune de l’Arbresle, dépose un brevet pour sa machine à coudre. Une nouveauté rendue possible grâce à un système basé sur un crochet identique à celui des ouvrières de tissus dans les Monts du Lyonnais et une bielle entrainée par une roue à volant.

    Seulement, Barthélémy Thimonier ne connaîtra pas de son vivant le succès de sa création. En 1851, son invention sera reprise par l’Américain Isaac Merrit Singer, dont l'entreprise vend encore aujourd'hui ses machines à coudre.

La Ficelle

    Ou plutôt l'ancêtre du métro. Voici la ficelle de la rue Terme, à Lyon, le premier funiculaire dédié aux transports de passagers en France. Six mois avant Londres !

    C'est en 1862 que la ficelle a vu le jour sur les hauteurs des collines de Fourvière et de Croix-Rousse grâce à un système de traction par câble.

    La ville a compté jusqu’à cinq lignes de funiculaires. Aujourd’hui, il n’en reste que deux : celle reliant le Vieux Lyon à Saint-Just, et celle reliant le Vieux-Lyon à la Basilique Fourvière. Une magnifique fierté.

Le Cinématographe

    Inventer par freres lumiere :auguste lumiere et louis lumiere "Pionniers de l'exploitation commerciale de la cinématographie"

    C'est sans aucun doute la plus célèbre. Gloire aux frères lyonnais Louis et Auguste Lumière qui ont été les premiers à intégrer dans nos vies les prémices du cinéma.

    Grâce à un système de la machine à coudre, un défilement de pellicules et d’arrêt sur image qui donne l’illusion du mouvement, ils ont réussi à fabriquer une bande longue de 17 mètres permettant la diffusion d’un film de 50 secondes.

    Les frères Lumière déposent les premiers brevets en février 1895 autour d'un « appareil réversible permettant de prendre ou de projeter des vues animées ».

    Voici leur première vidéo, diffusée le 22 décembre 1895 :

Le Bateau-mouche

    Ah Paris, sa Tour Eiffel, sa butte de Montmartre et ses bateaux-mouches… Eh bah non ! Le bâteau-mouche est né à Lyon en 1900 lorsque le constructeur naval lyonnais Félizat remporta l'appel d’offre lancé par les organisateurs de l'exposition universelle. Il achemina ensuite 39 bateaux-omnibus en direction de Paris par la Saône, le canal de Bourgogne et la Seine. Quant au nom "bateau-mouche", il tient son origine du quartier de la Mouche, historiquement situé à Gerland et où les ateliers navals étaient implantés. Un quartier appelé ainsi, car il s'agissait d'une zone marécageuse née des bras du fleuve appelés « les mouches ». Vous savez tout !

Le Livret A

    Inventer par Benjamin Delessert

    Eh oui, le premier épargnant était lyonnais. En 1818, Benjamin Delessert importe le principe de caisse d’épargne d’Angleterre. Forcément plein aux as, le philanthrope en profite pour ouvrir les premières soupes populaires de France. Un grand homme.

Le Textile Synthétique

    Inventer par Gillet

    On n’a pas le musée du tissu pour rien… Si Lyon est aussi réputée pour son textile, c’est aussi parce que c’est ici que fut inventé le tout premier tissu synthétique : la viscose. Né dans les entreprises Gillet, ce textile avait pour but de remplacer la soie et le coton. De quoi nous habiller pour l’hiver.

Le Chauffage

    Inventer par Jean-Baptiste Lanoix

    Celui-là, on peut vraiment le remercier… Chaudement. En 1785, Jean-Baptiste Lanoix, pharmacien de son état, publiait un traité scientifique. Dans son manifeste, les bases de l’éclairage et du chauffage au gaz. Malheureusement pour lui, c’est Philippe Lebon qui récoltera les honneurs 14 ans plus tard en déposant le brevet. Une histoire de timing.

Le Thermomètre Mercure

    Inventer par Jean-Pierre Christin. Jadis

    Chaleur toujours avec l’invention du thermomètre mercure en 1743 que l’on doit à un autre Lyonnais : Jean-Pierre Christin. Jadis nommée thermomètre de Lyon, cette création utilisait les unités de mesures en centigrade (Celsius). On lui préfère souvent la version électronique aujourd’hui.

La Bélonéphobie

    Inventer par Charles Pravaz

    ou phobie des aiguilles

    Les aiguilles, personne n’aime vraiment ça… Et cette peur, on la doit à l’invention d’un Lyonnais. En 1850, Charles Pravaz, un médecin d’origine iséroise, améliora la seringue ancestrale pour permettre les injections. À cette lointaine époque, le matos était en argent. Oui, on se faisait piquer avec style.

Le Jeu Vidéo D’horreur

    Les gamers invétérés vont sentir un vent de fierté. L’un des premiers jeux du style Survival Horror fut édité par l’entreprise lyonnaise Infogrammes en 1992. Son nom : Alone in the Dark. Un opus considéré par beaucoup comme le premier du genre à avoir influencé tous les autres.

Le Rond-point

    Inventer par Louis Lépine

    Le concours Lépine, ça vous parle ? Eh bien le type qui a donné son nom à ce rendez-vous d’inventeurs était lyonnais. Louis Lépine fut également nommé préfet de Paris et instaura les sens giratoires, les sens uniques et les passages piétons dans les rues de la capitale. Une belle épine enlevée du pied des chauffards.

Le Noix De Muscade

    Inventer par pierre poivre "Navigateur-explorateur, botaniste"

    Une rage de dents ? Servez-vous de noix de Muscade et de clous de Girofle ! C’est l’explorateur et botaniste lyonnais Pierre Poivre (prédestiné…) qui importa pour la première fois ces deux épices sur le sol français. Mais pas en France métropolitaine puisqu’il planta ses trouvailles dans le sol de l’Île Maurice, française à l’époque. Merci pour la noix de Muscade Pierrot, en revanche, tu aurais pu te passer du clou de Girofle… ⁣

Le Clous De Girofle

    Inventer par pierre poivre "Navigateur-explorateur, botaniste"

    Une rage de dents ? Servez-vous de noix de Muscade et de clous de Girofle ! C’est l’explorateur et botaniste lyonnais Pierre Poivre (prédestiné…) qui importa pour la première fois ces deux épices sur le sol français. Mais pas en France métropolitaine puisqu’il planta ses trouvailles dans le sol de l’Île Maurice, française à l’époque. Merci pour la noix de Muscade Pierrot, en revanche, tu aurais pu te passer du clou de Girofle… ⁣

La Montgolfière

    Inventer par Joseph De Montgolfier

    L’inventeur et industriel Joseph De Montgolfier est à Lyon lorsqu’il entreprend en 1783 la construction de l’un des premiers ballons montgolfière de l’histoire de l’humanité. Ce dernier, surnommé « Flesselles », fut l’un des plus importants jamais construits (23 270 m³, sept tonnes) dans l’Histoire. On doit toutefois le premier vol en montgolfière à son frère Étienne De Montgolfier, en novembre de la même année à Paris. Vous avez toujours rêvé de faire un tour en montgolfière ?

Le Métier à Tisser

    Inventer par joseph-marie jacquard "Inventeur éponyme du métier à tisser dit « métier Jacquard »"

    L’invention du premier métier à tisser réalisée par l’inventeur lyonnais Joseph Marie Jacquard. Le bien connu « métier Jacquard » est mis au point en 1801 et marquera les prémices de la révolution industrielle à Lyon.

Le Bateau à Vapeur

    Inventer par Claude François Jouffroy d’Abbans

    Le premier bateau à vapeur, réellement fonctionnel, Le Pyroscaphe voit le jour le 15 juillet 1783. Claude François Jouffroy d’Abbans mis en marche un bateau à vapeur à aube, mais pas assez puissant pour naviguer sur une rivière ou un fleuve. Puis en 1783, la mise au point de nouvelles pâles lors du concours d’Antoine Frerejean permit au bateau à vapeur de naviguer sur la Saône. La première tentative à succès fut celle à nouveau du marquis de Jouffroy d’Abbans le 15 juillet 1973, de la cathédrale Saint Jean à l’île barbe, à contre-courant.

Le Concours Lépine

    Inventer par Louis Lépine "Préfet de police de Paris"

    C’est pour faire face au mécontentement des fabricants de jouets parisiens exposés à la rude concurrence allemande que le Préfet de Paris Louis Lépine – Lyonnais de naissance – organise pour la première fois « L’Exposition des jouets et des articles de Paris », rebaptisée l’année suivante « concours Lépine ». C’est déjà un bric-à-brac d’objets en tous genres qui attire aussi bien les exposants que les visiteurs. Le concours, quant à lui, récompense dès la première édition, les meilleures inventions, avec à la clé, des médailles et surtout 7 000 francs versés au vainqueur, un certain M Trix inventeur d’un jeu de construction ludique d’assemblage.

La Quenelles

    Elles auraient été inventées vers 1830 par… un pâtissier lyonnais ! Ce dernier eut l’idée de mélanger de la chair de poisson avec de la pâte à choux. Les bouchons lyonnais prirent plus tard le relai pour en faire une spécialité gastronomique locale. Sauf que les historiens de la bouffe contredisent cette paternité. En effet, la recette était déjà connue des Romains au 1er siècle avant JC. Romains qui fondèrent Lugdunum à partir de 43 avant le Petit.

La Photographie En Couleurs

    Inventer par freres lumiere :auguste lumiere et louis lumiere "Pionniers de l'exploitation commerciale de la cinématographie"

    Célèbre invention de Louis Lumière, faite à l’aide de fécule de pomme de terre colorée, sa plaque Autochrome Lumière représente les prémices de la photo couleur. Il dépose son brevet en 1903, avant de voir son invention dévoilée en 1904, à l’Académie des Sciences.

La Papillote

    Inventer par Papillot

    Nous sommes à la fin du XVIIIe siècle, dans le quartier des Terreaux.

    Rue du Bât d’Argent, le confiseur Papillot remarque un jour qu’on lui vole des chocolats. Il va mener l’enquête pour découvrir que son apprenti dérobe ses marchandises. Le garçon est tombé amoureux d’une jeune fille qui habite au-dessus de l’atelier des confiseurs. Il ne peut lui parler, mais emballe les chocolats dans de petits papiers pour écrire des mots doux, avant de les envoyer à celle qu’il aime.

    L’histoire devient tragédie, l’apprenti est renvoyé, mais Monsieur Papillot trouve l’idée excellente et décide de la commercialiser. Les mots doux sont alors remplacés par des histoires drôles et autres petits jeux. Le nom du véritable inventeur est perdu, tout comme on ne saura jamais si l’élue de son cœur lui a répondu un jour. Ainsi serait née la papillote.

    Ce qui est sûr, c’est qu’un Mr Papillot était chocolatier à Lyon dans les années 1790 et qu’il a eu l’idée un jour d’envelopper ses chocolats dans des petits papiers avec des messages. Il les a nommés Papillotes. Et voici comment la papillote est devenue l’invention lyonnaise qui a conquis le monde.

    En 1898, les familles Thomas et Pelen fondent la chocolaterie Révillon dans le 7e arrondissement de Lyon (aujourd’hui avenue Leclerc). La friandise va partir ainsi à la conquête de la France. L’entreprise déménage en 1971 à Roanne dans la Loire, mais la papillote restera toujours liée à Lyon.

Le Tulle Gras

    Inventer par freres lumiere :auguste lumiere et louis lumiere "Pionniers de l'exploitation commerciale de la cinématographie"

    Louis et Auguste Lumière ne sont pas seulement de célèbres pionniers du cinéma, auteurs du premier film jamais tourné. Savant fécond, l’un des deux frères, Auguste, a donné au monde bien d’autres inventions, entre autres un nouveau genre de pansement, le tulle gras.

    La recherche de pansements plus efficaces

    Pendant que les frères Lumière continuent leurs travaux sur l’image et les appareils de prise de vue et de projection, l’un des deux, Auguste, s’intéresse également à la médecine et à la biologie.

    Certaines de ses recherches portent sur le processus de cicatrisation des plaies, domaine déjà étudié par des praticiens renommés. Auguste Lumière décide de prendre leur suite et de compléter leurs recherches.

    Pour mieux se rendre compte de la manière dont des blessures cicatrisent, dans des conditions précises, il en observe d’abord le processus chez des chiens.

    La Première Guerre mondiale lui donnera l’occasion d’étendre ses observations aux hommes. Présent dans un hôpital de Lyon, durant l’hiver 1914-1915, il est consterné par les conditions dans lesquelles étaient soignés les blessés.

    Déjà peu efficaces par eux-mêmes, les pansements secs qui étaient appliqués sur leurs plaies n’étaient changés qu’une fois par semaine.

    La mise au point du tulle gras

    Instruit par ces observations, Auguste Lumière va inventer, en 1915, un nouveau type de pansement, le tulle gras. Sa composition devait le rendre beaucoup plus efficace pour accélérer la cicatrisation des plaies ou des brûlures légères.

    Le pansement imaginé par Auguste Lumière comprend en effet des gazes très fines, imprégnées de vaseline. Il s’y ajoute de l’huile d’olive et du baume du Pérou. Cette substance est produite à partir de la sève d’un arbre d’Amérique centrale.

    Le baume du Pérou, connu aussi pour ses propriétés antiseptiques et anti-inflammatoires, agit contre l’infection et favorise la cicatrisation. Tel qu’il se présente, ce « Tulle gras lumière », stérilisé à l’autoclave, a le grand avantage de ne pas adhérer à la plaie.

    On considère que l’application de ce tulle gras diminue d’un tiers le temps de cicatrisation. Fort de ces avancées, Auguste Lumière poursuivra ses recherches médicales et contribuera à fixer les règles devant permettre de panser efficacement les plaies.

expretion