rue ==>
A |B |C |D |E |F |G |H |I |J |K |L |M |N |O |P |Q |R |S |T |U |V |W |X |Y |Z
trouver votre rue parmi les 4353
par arrondissement: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 toute les rues de Lyon.

Rue Vaubecour 69002 Lyon

C'est une Moyenne Rue

part de Place Antonin-Vallon a Place Gensoul

Domaine:métropole

sur wikipedia Rue Vaubecour

Situation:


La rue Vaubecour traverse le quartier d'Ainay, elle part de la place Antoine Vollon en prolongement de la rue du Plat, et se termine place Gensoul. C'est la première rue à l'est du quai Joffre. La circulation, dont le bus 91, se fait vers le nord.

Qui va de Place Antonin-Vallon a Place Gensoul

Histoire:


Après les Romains qui y avaient des entrepôts, les moines de l'abbaye d'Ainay ont été les premiers habitants du quartier. Il y avait un jeu de paume au pré d'Ainay, durant l'été 1536, le jeune François, héritier du trône de France y prit un coup de chaud qui lui fut fatal. La rue a été percée en 1728, jusqu'à la rue Bourgelat, puis au sud dans la dernière partie du siècle après la démolition des remparts d'Ainay. Le portail du palais abbatial où logea Louis XIII à trois reprises, puis Richelieu quand il décida la mise à mort de Thou et qu'il fallut agrandir pour faire passer sa chaise à porteur se trouve dans la cour du 15 rue Vaubecour. En 1899, l'école dentaire de Lyon a ouvert au n°32, elle a été transformée en faculté d'odontologie, les anciens élèves ont fait installer une plaque pour le centenaire de l'école. Une plaque au n°4 indique la maison du comte Henry de Fayet de Montjoye assassiné le 9 décembre 1943 par la milice. En 1944, après la libération de Lyon, Charles Maurras s'est installé ici dans la clandestinité avant d'être arrêté puis condamné à la prison à perpétuité.

historique:

A été dénommée rue Saint-Martin.

Architecture:


C'est une belle rue rectiligne bordée de deux alignements de maisons, la plupart anciennes, assez belles, trois à cinq étages, les trois derniers siècles sont représentés, 1723 au n°22, 1893 au n°33, 1958 au n°17 qui est l'un des deux seuls récents. Parmi les éléments à remarquer : Les lions sur les appuis de fenêtre au n°1. Un magnifique portail au n°4, un autre impressionnant par sa taille au n°15, qui était le logis de l'abbé d'Ainay, celui lie de vin du n°24 avec ses lions en protection contre les roues des voitures. La belle porte en heurtoir au n°3, celle à imposte ovale au n°14. La tête extatique au-dessus de l'imposte du n°10. Vers le sud, les dimensions sont plus importantes, les maisons datent de la fin du 19e siècle. Il faut regarder : Les têtes rigolardes au-dessus de la belle porte de bois du n°30 bis. Les nombreuses maisons qui portent les plaques au nom des hospices civils. Les n°33 et n°34 se font face, ils possèdent de grosses ferronneries bombées à palmes en appui de fenêtres. Le n°34 a deux grands portails jumeaux décorés de lions, chaque angle est décoré d'une belle statue, un évêque au nord, Jeanne d'Arc au sud. Après la rue de Condé, l'unité se rompt, coté ouest avec deux maisons basses et un immeuble en travers, celle qui fait l'angle semble plus ancienne. Coté est, une belle maison ancienne à deux étages, il faut observer les lambrequins décorés de têtes, puis viennent une cour de la médecine de travail, une belle maison haute au n°41, décorée de têtes de lions, le second immeuble moderne, cinq rangées de balcons et un dernier immeuble ancien avec un balcon en saillie.

Dédicace:


François Henri d'Haussonville de Vaubecour était abbé d'Ainay. C'est lui qui a vendu les terrains à la ville en 1728 pour pouvoir tracer la rue. Le nom de la rue est gravé de belle façon à l'angle de la voûte d'Ainay.

Origine du nom:

François-Henri d'Haussonville de Vaubecour, abbé d'Ainay, céda du terrain pour l'ouverture de cette nouvelle rue en 1728.
Sources:

data.gouv.fr

Ville de Lyon, Archives municipales de Lyon, index des voies de Lyon, 2021/07/21. sur archives-lyon.fr

Lettres patentes du Roi du 9 avril 1729. Rues de Lyon à travers les siècles de Maurice Vanario (2002)

code FUV:27655 code FANTOIR:6903827275X code INSEE:69382