rue ==>
A |B |C |D |E |F |G |H |I |J |K |L |M |N |O |P |Q |R |S |T |U |V |W |X |Y |Z
trouver votre rue parmi les 4353
par arrondissement: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 toute les rues de Lyon.

Rue Robert 69006 Lyon

C'est une Moyenne Rue

part de Rue Vendôme a Boulevard des Brotteaux

Domaine:mixte

Situation:


La rue Robert est parallèle au cours Lafayette, immédiatement au nord de celui là. Elle commence rue Vendôme, elle s'interrompt place de l'Europe et reprend au-delà de la rue Garibaldi pour se terminer sur le boulevard des Brotteaux. La circulation se fait d'est en ouest du boulevard des Brotteaux à la rue Garibaldi, puis de la rue Duguesclin jusqu'à la rue Vendôme.

Qui va de Rue Vendôme a Boulevard des Brotteaux

Histoire:


L'histoire de la rue est celle du quartier des Brotteaux qui a été aménagé au 19e siècle d'après le plan en damier de l'architecte Morand. Il reste peu de témoins de la première installation et les reconstructions de la fin du 20e siècle tendent à prendre la place prépondérante. Le monument aux morts du siège de Lyon rappelle un épisode dramatique de l'histoire de la ville qui ne concerne pas spécialement la rue et au cours duquel Lyon s'opposa par les armes aux révolutionnaires de la Montagne en 1793. A la suite de ça, Lyon fut l'objet du décret «Lyon n'est plus», nommée «ville affranchie» et les maisons des anciens dominants condamnées à la démolition. Ce décret s'il n'a pas causé la ruine de la ville l'a privé de nombre de ses plus belles maisons antérieures à la révolution. Le monument garde la mémoire des combats du 29 mai 1793 et les noms des exécutés avec leur âge, leur métier et la date de l'exécution du 12 octobre 1793 au 6 avril 1794. Biens d'autres dont les noms ne sont pas retracés moururent dans des combats ou en fuyant en direction de la Savoie. De 1899 à 1932, Luc Court a construit des voitures puis des camions jusqu'en 1952 au n°88, on peut voir une de ses voitures au musée de Rochetaillée ainsi qu'une camionnette à la fondation Berliet.

historique:

A été dénommée rue Bernard de 1852 à 1857.

Architecture:


C'est une rue toute plate et rectiligne, sauf quelques marches qui permettent de descendre sur la place de l'Europe. Le coté pair est bordé de logements et de bureaux, de trois à huit étages. Sur le coté impair, les immeubles de bureaux dominent. On longe ensuite le flanc du monument aux victimes du siège de Lyon en 1793 dont l'entrée se fait rue de Créqui. C'est une très jolie chapelle surmontée d'un dôme harmonieux. Autour il y a un agréable jardin avec des pelouses des fleurs et quelques bancs pour admirer l'ensemble. Ensuite on entre dans une sorte d'impasse dont on peut ressortir à pied place de l'Europe, les bâtiments autour sont tous bâtis dans le même style des années 1970. Ici la rue connaît une grosse coupure, la place étant grande et la rue Garibaldi difficile à traverser. Jusqu'à la rue Tête d'or, c'est une alternance d'immeubles de bureaux et de résidences modernes de six à dix étages. Au croisement de la rue Récamier il y a un beau massif de fleurs puis on passe au milieu des imposants bâtiments à l'allure marbrée de Framatome avec une tour de quatorze étages. Ensuite, la rue est bordée d'immeubles plus bas de trois à cinq étages des 19e et 20e siècle sans réelle unité.

Dédicace:


Joseph Robert est né à Genas en 1754, il est mort en 1841 à la Guillotière dont il a été maire de 1817 à 1821. Un Pierre Robert, charron a travaillé pour les préparatifs de l'entrée du roi Charles IX à Lyon en 1564.

Origine du nom:

Joseph Robert, maire de la Guillotière de 1817 à 1821. Né à Genas en 1754, mort à la Guillotière le 23 novembre 1841.
Sources:

data.gouv.fr

Ville de Lyon, Archives municipales de Lyon, index des voies de Lyon, 2021/07/21. sur archives-lyon.fr

Rues de Lyon à travers les siècles de Maurice Vanario (2002), 315W et 2S/265

code FUV:28467 code FANTOIR:6903866070V code INSEE:69386