rue ==>
A |B |C |D |E |F |G |H |I |J |K |L |M |N |O |P |Q |R |S |T |U |V |W |X |Y |Z
trouver votre rue parmi les 4349
par arrondissement: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 toute les rues de Lyon.

Rue Lanterne 69001 Lyon

C'est une Petite Rue

part de Rue d'Algérie a Rue Longue

Domaine:métropole

étais , rue de l'enfant-qui-pisse / 69001

étais , rue de la boucherie des terreaux / 69001

Commentaire:

Cette rue menait à la porte de la Lanterne, sur le rempart des Terreaux. La rue de l’Enfant qui Pisse (portion place de la Platière, rue Longue) est devenue un fragment de la rue en 1846. Un bas relief, placé à l’angle d’une maison, qui représentait un lion tenant une lanterne sous sa griffe, a donné son nom à cette rue. Dans le Petit Chose, Daudet raconte ses impressions sur son logement, rue Lanterne, envahi par les « barbarottes » (les cafards). Repérer à l’angle de la rue de la Platière, le mur peint par Mur’Art, spécialisé dans la publicité. C’est une publicité pour un fourreur (comme celui du Vieux Lyon : publicité pour la Cour des Loges)

sur wikipedia Rue Lanterne

Situation:


La rue Lanterne est orientée nord sud, elle débute rue d'Algérie en prolongement de la place Tobie Robatel, elle finit en buttant sur une façade de la rue Longue. Elle circule du sud au nord et mériterait de devenir piétonne.

Qui va de Rue d'Algérie a Rue Longue

Histoire:


Cette rue est l'une des plus anciennes de Lyon et remonte au moyen âge. Elle était fermée par une porte à son extrémité nord. En 1417, la muraille de la Lanterne menaçait ruine, le consulat a engagé des travaux menés par Aynard de Chaponnay. Comme il y avait un poste de garde associé à la lanterne, on y avait entreposé des munitions. La nature étant plus forte que les précautions, cette cohabitation fut fatale à la tour de la lanterne qui fut détruite par un violent incendie. En 1539 ou en 1551, il a été décidé de détruire la porte de la Lanterne dans le cadre d'un vaste plan d'utilisation des fossés des Terreaux. En 1529, il y avait des entrepôts de poix et farines qui ont été pillés lors de la grande rebeyne. En 1790, la lanterne était le lieu des exécutions, la foule lyonnaise était alors prompte à réclamer la lanterne pour un coup de fusil tiré lors d'une bagarre. Seule la partie nord est plus récente, elle se trouvait dans l'emprise de la boucherie des Terreaux, une sorte d'abattoir, et a été ouverte au milieu du 19e siècle. La boucherie de la Lanterne avait été construite en 1538, en remplacement de celle de l'Herberie, elle a brûlé en 1614 et 1734. Pendant la guerre de 1940, le pasteur Roland de Pury a été arrêté au temple et emprisonné à Montluc pour sa participation à la résistance et aux cahiers des témoignages chrétiens.

historique:

A absorbé la rue de l'Enfant-qui-Pisse en 1846.
A absorbé la place de la Boucherie-des-Terreaux en 1854.

Architecture:


La première section, après la rue d'Algérie est courte et large entre d'importants immeubles du milieu du 19e siècle. Le second possède le portail grandiose de la galerie des Terreaux, malheureusement gâché par la crasse et une vilaine grille. La rue Lanterne commence véritablement après la rue Constantine, c'est une section plus étroite bordée de maisons de différentes époques mais toutes centenaires. Plusieurs belles portes aux 8, 9, 11 et 13 sont remarquables, mais ce sont les têtes qui se regardent par couple au-dessus du 8 qui sont les plus étonnantes. L'hôtel des Terreaux a de beaux vitraux sur sa porte et Bexley allie le cuir des chaussures au bois de la devanture. Le temple a été construit entre 1855 et 1857 en style néogothique avec de belles arches. On remonte encore dans le temps après la rue de la Platière avec une dernière section plus étroite. On peut apprécier les belles portes aux 25 et 27 et en face celle du 26, avec une jolie main en heurtoir entourée de belles arches. Enfin, une jolie vierge occupe l'angle de la rue Longue.

Dédicace:


La mairie l'a perdu de vue mais on est rue de La Lanterne. La Lanterne était un feu installé dans une tour et qui donnait un peu de lumière à cette entrée de Lyon. Au 14e siècle, les fossés de la Lanterne se trouvaient à l'emplacement de la place des Terreaux, ils étaient bordés par un rempart qui fermait la ville au nord en englobant l'abbaye Saint Pierre, sensiblement au droit de la rue Constantine actuelle. Le sud de la rue nous rapproche des Bruxellois, au 18e siècle, elle s'appelait rue de l'enfant qui pisse.

Origine du nom:

Menait à la porte de la Lanterne, sur le rempart des Terreaux. La Lanterne était un feu installé dans une tour et qui donnait un peu de lumière à cette entrée de Lyon.
Sources:

data.gouv.fr

Ville de Lyon, Archives municipales de Lyon, index des voies de Lyon, 2021/07/21. sur archives-lyon.fr

Rues de Lyon à travers les siècles de Maurice Vanario (2002)

code FUV:27418 code FANTOIR:6903814140U code INSEE:69381