rue ==>
A |B |C |D |E |F |G |H |I |J |K |L |M |N |O |P |Q |R |S |T |U |V |W |X |Y |Z
trouver votre rue parmi les 4353
par arrondissement: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 toute les rues de Lyon.

Rue Duguesclin 69006 Lyon

C'est une Moyenne Rue

part de Rue Robert a Cours Gambetta

Domaine:métropole

cette rue s'étent sur 2 arondisements, 69003 , 69006 sur wikipedia Rue Duguesclin

Situation:


La rue Duguesclin débute en diagonale à l'angle du boulevard des Belges, à l'est de la rue de Créqui. C'est une immense ligne droite qui traverse tout le sixième, tout le troisième et se poursuit quelques mètres dans le septième jusqu'au croisement de la rue Alphonse Daudet et de la rue Rachais qui la prolonge encore. La circulation se fait vers le sud avec une bande cyclable, elle est interrompue par le cours Gambetta.

Qui va de Rue Robert a Cours Gambetta

Histoire:


La rue Duguesclin a été tracée progressivement au 19e siècle à partir du cours Franklin Roosevelt. Se situant assez loin du Rhône, l'urbanisation a eu lieu dans la seconde moitié du siècle. La partie sud était déjà occupée à cette époque et il a fallu recouper dans le lotissement de Saint Amour pour réaliser la jonction avec la rue Rachais elle aussi préexistante. Joseph Poirot a vécu au 64, il a construit un sous-marin qu'il a essayé en 1884 dans le port de Nice, malheureusement, il n'était pas au point et il a dû laisser la gloire du premier appareil de ce genre à un parisien qui plongea trois ans après avec succès dans le sien. Une plaque indique l'endroit où Joseph Longarini a été tué par les miliciens le 9 juin 1944. Le 18 janvier 1951, Juan Sanchez et les frères Baïla Mata ont attaqué un fourgon devant le bureau de poste en faisant trois morts. Lors de leurs arrestations, l'un des frères se suicida, Sanchez fut condamné à mort. Dans leurs logis, pas de trace de butin, c'était des taudis sans même un lit, tout l'argent partait vers les organisations anarchistes CNT et FAI visant à renverser le dictateur espagnol Franco.

historique:

A absorbé l'avenue de Vauban en 1854.
Un fragment isolé a changé de dénomination en 1954 : est devenue la rue du Bâtonnier-Jacquier.

Architecture:


Elle est bordée par deux alignements d'immeubles de toutes les époques depuis le début du 19e siècle jusqu'à l'époque actuelle avec un immeuble en construction et un autre dont le chantier en est aux fondations. Ce n'est pas la première reconstruction, de nombreux immeubles datent du milieu du 20e siècle. Ce sont eux qui apportent de beaux reliefs arrondis au nord de la rue comme le 3 daté de 1952 ou le 72 daté de 1939 avec sa belle entrée dorée. Certains d'entre eux montent assez haut, dix étages au 25. L'angle aigu avec le boulevard des Belges est souligné par des fenêtres étroites alors qu'en face, c'est une large part de cercle à colonnes rebondies. Saint Olive se cache au 84 en retrait d'une cour dans un austère immeuble de béton de deux étages ouvert par une porte à grilles. Au 97 et 99 deux portes jumelles de bois sont décorées par trois profils d'enfants. Après le cours Franklin Roosevelt, les constructions de la seconde partie du 20e siècle sont à parité avec celles du siècle précédent. Coté est, après la rue Cuvier, on longe des immenses barres de douze étages en retrait de jardins, en face, le 146 est daté de 1994. La plus terrible vient après le cours Lafayette. Coté ouest, un petit square en gohrre occupe l'espace entre les rues Louis Blanc et Robert, équipé de quelques bancs et de jeux d'enfants, il permet d'admirer le dôme du monument des victimes du siège de Lyon. Après la rue Rabelais, coté ouest, on longe les immeubles futuristes des différents tribunaux, le plus impressionnant étant le nouveau palais de justice avec ses verticales séparées par des jardins et des étages en escalier. Le trottoir est élargi pour un parking souterrain dont le dessus est aménagé en petit jardin avec des bancs qu'un muret de granite cache. Après la rue Servient, la mairie du troisième est un solide quadrilatère de pierres avec des chapiteaux et une horloge surmontée du blason du lion. Après la rue de la Part Dieu, les immeubles sont plus simples, la plupart récents. Le 278 arbore une carte de France à la gloire de la coopérative. Au 288 EDF effraie par ses briquettes et ses fenêtres à modules de béton. La rue reprend pour un court tronçon dans le septième, bordé de petits immeubles récents, hormis l'angle du cours Gambetta de la rue et de l'avenue Félix Faure, plus spectaculaire avec ses quatre colonnes de fenêtres en arrondi, alternativement rondes et anguleuses de six étages sur les neuf de l'immeuble.

Dédicace:


Bertrand Du Guesclin est né en 1320 à Broons, près de Dinan, il a été le héros le plus célèbre de la guerre de cent ans, combattant les Anglais au service de Charles V. Au 309, une mosaïque représente son épouse Tiphaine. Il est devenu seigneur de Pontorson, roi de Grenade, connétable de France. Il est mort au siège de Châteauneuf de Randon le 13 juillet 1380. Ses reliques ont été dispersées et ont fait objet d'un culte, en particulier auprès des rois à Saint Denis. Il est resté en partie légendaire et plusieurs livres lui ont été consacrés. Sa rue semble être la seule chose qui le rattache à Lyon.

Origine du nom:

Bertrand Duguesclin, célèbre homme de guerre, né entre 1315 et 1320, mort en 1380.
Sources:

data.gouv.fr

Ville de Lyon, Archives municipales de Lyon, index des voies de Lyon, 2021/07/21. sur archives-lyon.fr

Rues de Lyon à travers les siècles de Maurice Vanario (2002)

code FUV:27857 code FANTOIR:6903832365F code INSEE:69383