rue ==>
A |B |C |D |E |F |G |H |I |J |K |L |M |N |O |P |Q |R |S |T |U |V |W |X |Y |Z
trouver votre rue parmi les 4353
par arrondissement: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 toute les rues de Lyon.

Situation:


La rue des Tables Claudiennes se trouve sur les pentes de la Croix Rousse, à mi-pente côté sud. Elle débute sur son côté nord à la Montée des Carmélites. Elle est doublée au-dessus par la voie de passage du 6 (la plus ancienne ligne de trolleybus de Lyon dont les flancs sont décorés d'images de Guignol et de façades de la Croix Rousse ). Cette voie offre une vue magnifique sur Fourvière, Saint Jean, la presqu'île jusqu'au sud ainsi que sur une maison du soleil et le Jardin des plantes. Sur son côté sud elle commence plus loin en surplomb de l'Amphithéâtre des trois Gaules après un escalier qui permet de rejoindre la rue Lucien Sportisse. Elle se termine à l'est par un autre escalier qui tombe sur la Montée Saint Sébastien. Pour les voitures, cette rue se prend par la rue Chappet vers l'ouest, la petite partie protégée par un escalier finit en cul de sac a partir de la rue Jordan. Le 55 monte à la rue Imbert Colomès puis à la place Colbert et à la montée Saint Sébastien par la traboule des Voraces.

Qui va de Rue des Carmélites a Montée Saint-Sébastien

Histoire:


Cette rue se trouve sur l'emplacement du temple romain d'Auguste dont presque aucun vestige ne subsiste. Les pentes de la Croix Rousse ont ensuite été utilisées par le maraîchage et la vigne jusqu'à ce que l'essor de la fabrication de la soie ne pousse à l'urbanisation et au perçage de cette rue en 1824 pour la partie principale.
La dernière section à l'ouest fût quant à elle terminée lors des travaux du jardin des plantes dans la seconde moitié du siècle. On a retrouvé une inscription funéraire datant de 1348 dans une maison au dessus du jardin des plantes. La pierre est gravée d'un mélange de latin et de patois.

historique:

A été dénommée rue du Perron jusqu'en 1824.
A absorbé la rue de l'Oratoire, la rue des Petits-Pères et la place des Petits-Pères en 1854.

Architecture:


Elle commence par une belle maison ornée de cariatides et de jardins, puis elle longe le dos de l'école des beaux-arts, qui bizarrement est assez laide malgré le relief de la femme à la gerbe 1914, 1918 et dont l'actuelle mairie prévoit la destruction. En face, on longe le jardin des plantes avec le tas de blocs erratiques, puis on surplombe l'amphithéâtre des trois Gaulles. La suite de la rue date majoritairement du 19e siècle entre de hautes façades dans le style sobre de la Croix Rousse jusqu'à longer sur sa droite la place Chardonnet après un premier pour une placette. Elle monte et elle descend en pente douce. Des escaliers défendent la fin de la rue qui s'élargit en une petite placette aux maisons basses. Un recoin tranquille de la ville. Les façades sont simples, mais on peut remarquer la petite vierge à l'angle de la rue Pouteau, les heurtoirs du 28 et du 51, ainsi que la porte du 59. Enfin une dernière rampe d'escaliers descend sur la Montée Saint Sébastien. En 2010, un immeuble parking à remplacé un atelier sur un élargissement au 14 et de nouvelles peintures décorent certains murs dont celui du centre social autogéré.

Dédicace:


Elle est dédiée à une table de bronze coupée en deux sur laquelle l'empereur romain Claude avait fait graver un certain nombre de règles dont une accordant des avantages aux natifs de sa ville natale. On peut voir ces tables qui sont magnifiques au musée Gallo-Romain. Elles ont été découvertes sur le site en 1528. C'est Claude qui a fait construire le pont du Gard, plus près de nous, il ne reste plus que des ruines du pont de l'Yzeron à Beaunant, élément d'un aqueduc de plus de soixante kilomètres, également dû à Claude et encore plus près, une belle fontaine place de Trion célébrant une expédition en Angleterre. Si le souvenir de Claude subsiste au travers de cette rue, il ne faut pas oublier qu'autrefois toute la ville se nommait Colonia Copia Claudia, la colonie de Claude.

Origine du nom:

C'est à proximité que furent trouvées, en 1524, les célèbres tables de bronze qui portent gravé le discours par lequel l'empereur Claude annonça l'extension de la citoyenneté.
Sources:

data.gouv.fr

Ville de Lyon, Archives municipales de Lyon, index des voies de Lyon, 2021/07/21. sur archives-lyon.fr

Délibération du Conseil municipal du 28 mai 1824. Rues de Lyon à travers les siècles de Maurice Vanario (2002)

code FUV:27467 code FANTOIR:6903816880X code INSEE:69381