rue ==>
A |B |C |D |E |F |G |H |I |J |K |L |M |N |O |P |Q |R |S |T |U |V |W |X |Y |Z
trouver votre rue parmi les 4353
par arrondissement: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 toute les rues de Lyon.

Rue De La Martinière 69001 Lyon

C'est une Moyenne Rue

part de Quai Saint-Vincent a Place Tobie-Robatel

Domaine:métropole

étais , petite rue des auges / 69001

Commentaire:

adresse de la Halle de la Martinière

Situation:


La rue de la Martinière débute quai Saint Vincent et se termine place Tobie Robatel, elle est prolongée par la place de la Paix puis la rue Sainte Catherine. Elle traverse la place Rambaud. La circulation se fait sur deux voies en provenance de la rue Terme et en direction du quai. Une voie croise vers l'est depuis la rue Thimonnier. La rue est parcourue par les nombreux lycéens des deux Martinière.

Qui va de Quai Saint-Vincent a Place Tobie-Robatel

Histoire:


Ce sont les Augustins qui se sont installé les premiers au 14e siècle. En 1418 les Carmes ont obtenu de clore un chemin tendant de la rue Saint Catherine et aboutissant à une vigne car elle était toujours puante. C'est dans cette rue, au 7 que le curé défroqué Boullan avait sa chapelle. Vers 1875, il y célébrait des messes noires. L'écrivain Joris Carl Huysman les a rendues célèbres dans son livre Là Haut. L'écrivain ayant fait fortune sur la réputation du prêtre, il lui paya une tombe au cimetière de la Croix Rousse. La salle Rameau a connu bien des spectacles dont celui du fakir Tarah Bey. Les frères Lumière ont fait leurs études à la Martinière à partir de 1877 et 1878. La rue actuelle a été tracée de 1900 à 1907, sa largeur, exceptionnelle pour le quartier témoigne de cette histoire récente. Le président de la république Armand Fallières est venu inaugurer la Martinière des filles en 1907. Vers 1930, on a écroulé les maisons qui collaient le lycée de la Martinière pour permettre la jonction avec la rue Terme. Dans les années 1970, le second chef du gang des Lyonnais possédait un bar, le Merenda, tenu par sa femme. Ce gang avait réalisé de nombreux braquages dont celui de la poste de Strasbourg qui leur avait rapporté onze millions de francs dont seule une partie a été retrouvée.

historique:

A absorbé la petite rue des Auges en 1855.

Architecture:


C'est une large rue, essentiellement bordée de façades lourdement décorées des années 1900 avec quelques visages, deux cariatides et des encadrements aux lignes courbes. Le 2 est un mur aveugle qui attire les touristes, la cité de la création y a peint la fresque des Lyonnais, avec 24 Lyonnais historiques, accoudés à des balcons imaginaires plus six célébrités vivantes qui passent devant la façade. Il y a une belle porte au 6, les 7 et 9 sont plus anciens, le 7 traboule avec la rue Blandan, dans la cour, on peut voir un bel escalier en galerie. Au nord est, la rue se termine par les deux monuments les plus représentatifs de l'art nouveau à Lyon. La salle Rameau date de 1907, elle a été l'un des premiers bâtiments en béton armé, on la doit aux architectes Riboud et Clermont. Elle fait un bel arrondi sur la rue Vitet, porte deux mosaïques à Polymnie et Euterpe ainsi qu'une tête dédiée à l'éloquence. Elle porte un blason de Lyon et le poème de Clément Marot, suis le lion qui ne mord point, sinon quand l'ennemi me poingt. La Martinière des jeunes filles est plus belle, construite comme un livre ouvert avec ses deux ailes symétriques. Elle aussi arbore un blason et une devise de la ville, inspirée du cri des bourgeois de 1269 : avant, avant, Lion le melhor. Le beau cartouche à madame de Cuzieu(1795-1884), remercie sa générosité posthume qui a permis la construction de la Martinière des filles en 1884. Madame de Cuzieu avait passé son enfance dans le quartier, ses parents étant commerçants rue Mercière. Les abeilles du portail remercient Claude Martin, sa plaque se trouve sur l'aile rue Vitet.

Dédicace:


La rue porte le nom du Lycée de la Martinière, place Rambaud, ce nom, dû à Claude Martin, s'applique à tout le quartier et a été aussi adopté par le second lycée ouvert pour les jeunes filles.

Origine du nom:

École technique fondée sur le legs du major Martin.
Sources:

data.gouv.fr

Ville de Lyon, Archives municipales de Lyon, index des voies de Lyon, 2021/07/21. sur archives-lyon.fr

Délibération du Conseil municipal du 18 juin 1829. Rues de Lyon à travers les siècles de Maurice Vanario (2002)

code FUV:27381 code FANTOIR:6903814615K code INSEE:69381