rue ==>
A |B |C |D |E |F |G |H |I |J |K |L |M |N |O |P |Q |R |S |T |U |V |W |X |Y |Z
trouver votre rue parmi les 4349
par arrondissement: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 toute les rues de Lyon.

Situation:


La rue d'Alsace Lorraine est la plus occidentale du quartier Soufflot, coincé entre Rhône et Croix Rousse. Elle débute place Michel Servet, à la sortie du tunnel, au sud, elle est en prolongement de la Grande rue des Feuillants au moyen d'un petit angle d'ajustement. La circulation se fait en direction des extrémités depuis la rue Brazier, vers le sud, elle est assez soutenue en direction des pentes. Le stationnement se fait des deux cotés.

Histoire:


Il y a longtemps eu un bras du Rhône qui venait prendre son virage sur les contreforts de la colline. En 1741, on commença à remblayer avant de construire tout le quartier sur les plans de Soufflot à partir de 1749. Ce chantier était particulièrement bien mené, tout est toujours debout 250 ans plus tard. Au début du 20e siècle, les lois sur l'éducation obligatoire ont conduit à construire l'école publique.

Architecture:


A l'ouest, le solide bâtiment de pierres des années 1900 est construit contre la colline, les armoiries de la ville de Lyon y sont gravées, ensuite, après une vilaine annexe de l'école des années 1930, il n'y a plus de constructions, mais la végétation sur les pentes du jardin de la Croix Paquet. Le coté est a donc la vue dégagée sur le jardin, il s'agit d'un alignement de solides immeubles disposant de portes monumentales. Le n°5 est surprenant avec ses médaillons représentant un homme triste, il traboule avec la rue Royale. Le n°13 est le plus soigné, avec quatre colonnes aux somptueux chapiteaux, juste à coté, la porte est surmontée d'un étonnant lucarneau. La dernière porte est la plus belle au n°21 avec sa peinture bleue et son imposte forgée.

Dédicace:


Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine ! La double convoitise française et allemande sur ces deux régions a provoqué cette chanson, des multiples changements de frontière, trois guerres et bien d'autres conséquences. La ville de Lyon a voulu prouver son attachement à l'Alsace et la Lorraine et a débaptisé la rue Victor Arnaud qui avait déjà remplacé la rue des Deux Angles en leur honneur. La Lorraine a été rajoutée ensuite à l'hommage, en 1902, l'abbé Vachet déplorait cet oubli, il a fini par être écouté. Deux pierres aux angles des rues Brazier et Violi conservent encore les anciennes inscriptions gravées. Les légions d'Alsace Lorraine n'avaient pas été prêtes pour combattre aux cotés des légions lyonnaises, elles ont défilé côte à cote place Bellecour le 5 février 1871, jurant de rester Français. La tombe de Jean Philippe Anstett, né le 17 janvier 1831 à Strasbourg et mort à Lyon le 4 avril 1887 a été élevée en monument en l'honneur des Alsaciens et des Lorrains qui sont venus nombreux dans notre ville plutôt que d'abdiquer leur qualité de Français. Le monument se trouve au nouveau cimetière de la Guillotière. Parmi ces Alsaciens, le jeune Jean Jacques Waltz a étudié le dessin à la SEPR en 1894. Il est ensuite devenu célèbre sous le nom de Hansi pour ses caricatures bleu blanc rouge dans une Alsace alors allemande.