rue ==>
A |B |C |D |E |F |G |H |I |J |K |L |M |N |O |P |Q |R |S |T |U |V |W |X |Y |Z
trouver votre rue parmi les 4353
par arrondissement: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 toute les rues de Lyon.

Rue Célu 69004 Lyon

part de Rue d'Austerlitz a Rue Dumenge

Attestée en 1825 et renommée en 2014.

Commentaire:

attestée en 1825

Situation:


La montée Rater est un passage qui descend en escaliers de la montée Bonafous au cours d'Herbouville.
Depuis, on a posé des plaques Rater sur une seconde portion séparée de la première, entre la montée Bonafous, à l'angle du passage des Gloriettes et la rue Justin Godart.
La rue Célu se prend à l'angle de la rue d'Austerlitz et de la place Bellevue, elle descend en pente douce jusqu'à la place Saint Jacques au croisement de la rue Justin Godard. Elle remonte par un escalier et se termine rue Dumenge où elle est prolongée par la rue Dumont d'Urville.
La circulation se fait de la place Saint Jacques à la place Bellevue. Il y a un petit cuchon de voitures en haut des escaliers.

Qui va de Rue d'Austerlitz a Rue Dumenge

Histoire:


La montée Rater a été urbanisée au début du 19e siècle à partir des aménagements du faubourg Saint Clair auxquels avaient participé Rater.
L'escalier qui ressort en dessus du passage des Gloriettes qui a été réaménagé après l'éboulement de 1981.
A partir de 1986, pendant quelques années, les escaliers de l'est de la colline ont vu passer les motos du trial des 1000 marches.
Tout a été construit à partir du milieu du 19e siècle, il y a eu peu de modifications depuis.
Artet associations
Le restaurant s'appelle Bel Canto, il vend des pizzas à emporter.
Anna Kupfer et le groupe Ljube y chantent en Allemand et en plusieurs autres langues.
Commerceset services
S'y trouvent le garage Célu et deux sociétés.
Mai2006

historique:

A été dénommée rue Descorle entre 1849 et 1850.
A été dénommée rue Manuel entre 1850 et 1852.
A changé de dénomination en 2014 : est devenue la rue Jeanne-Marie-Celu.

Architecture:


A l'angle de la montée Bonafous, une jolie fontaine peut rafraîchir le marcheur. Elle a été rénovée en 2009, décorée d'une tête d'âne et couverte de céramique tricolore.
La montée descend sous l'énorme mur de soutènement de la montée Bonafous bordé de végétation, de l'autre coté, au sud, on longe le mur d'enceinte d'un garage, puis une maison ancienne.
Après deux virages, on débouche entre deux hauts flancs de maisons du cours d'Herbouville. Coté sud, une grille cache une petite vierge.
La partie haute est un escalier à flanc de colline, entre le mur d'un jardin privé et le muret d'un second jardin, au dessus de la montée Bonafous. Elle offre de superbes vues sur les ponts du Rhône et les toits du quartier Royale.
Avant la place Saint Jacques, c'est un alignement de maisons de pierres aux nombreuses fenêtres, quatre étages, certaines avec entresol, sans décorations sur le coté pair à l'est. Le coté impair est semblable, sauf le n°3 construit autour d'une cour. Avant le n°5, une parcelle non construite a laissé pousser un arbre et une épaisse végétation.
Après la place, l'escalier impose des constructions plus variées en hauteur, coté est un grand mur cache un jardin et une maison individuelle, le n°13, orné d'une équerre et d'un compas est daté de 1884.
Sur le replat, une maison à deux étages ornée de deux têtes cariatides a été augmentée d'un atelier de garagiste.

Dédicace:


Antoine Rater né en 1729, mort en 1794 est honoré comme architecte. C'est lui qui a participé à la construction des maisons du quai Saint Clair devenu Lassagne et cours d'Herbouville.
Vers 1750, une chapelle de pénitents avait été construite sur les terrains de Rater.
Rater avait sa maison au 2 quai Saint Clair. Il s'est enfui après l'échec du soulèvement lyonnais de 1793, sa maison a été mise sous séquestre.
Elle est originale, de nombreuses rues de la Croix Rousse portent le nom du dernier propriétaire qui a vendu et généralement donné à la ville l'espace pour établir la voirie. Ici, on a percé deux rues sur les terrains de Monsieur Rey, ainsi, Madame Célu épouse Rey a obtenu cette dédicace. Quant à la montée Rey, elle est devenue rue Godart.
En 2013, le conseil municipal a tenu à la mettre en valeur en rajoutant son prénom, Jeanne Marie Célu, et en citant son métier, fabriquante d'étoffes de soie du dix huitième siècle.

Origine du nom:

Jeanne-Marie Célu, née à Lyon (paroisse Saint-Pierre-Saint-Sathurnin) le § août 1780, décédé à la Croix-Rousse le 26 septembre 1846. Fabricante de soie, épouse de Jacques Ray, propriétaire du terrain.
Sources:

data.gouv.fr

Ville de Lyon, Archives municipales de Lyon, index des voies de Lyon, 2021/07/21. sur archives-lyon.fr

Rues de Lyon à travers les siècles de Maurice Vanario (2002)