rue ==>
A |B |C |D |E |F |G |H |I |J |K |L |M |N |O |P |Q |R |S |T |U |V |W |X |Y |Z
trouver votre rue parmi les 4349
par arrondissement: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 toute les rues de Lyon.

Situation:


La place Meissonier se trouve dans le premier, elle occupe un angle dégagé au croisement des rues Chenavard, du Plâtre et de la Platière.

Histoire:


Le quartier est habité depuis le moyen âge. La place aurait été ouverte par les protestants en 1562 à la place du cimetière Saint Sorlin. La place Meissonnier avait déjà pris sa forme à la fin du 18e siècle face à l'église de l'abbaye des dames de Saint Pierre.

Architecture:


La place est construite autour de la fontaine et du buste de Pleney, 1784-1864, bienfaiteur qui a laissé sa fortune aux orphelins méritants. Un petit rosier donne un peu de couleur, sa devise labor et honor est gravée sur le piédestal et un beau lion a acquit une barbe de calcaire à force de cracher de l'eau. La place est à peu près carrée, seule une maison au sud et un angle au nord lui appartiennent. Ce sont des maisons anciennes à quatre étages, pas très belles. Ces maisons ont des rebords, et les miettes de pain répandues favorisent les pigeons qui outragent le pauvre Pleney. La maison l'Oyseau de Paradis se distingue, elle a six étages, quatre étonnantes têtes de pierre aux cheveux tressés. Une plaque, malheureusement illisible sans échelle conte une histoire qui me reste inconnue. La maison du sud se distingue par une grande verrière.

Dédicace:


Jean Louis Ernest Meissonier (ou Meissonnier) est né à Lyon le 21 février 1815, il est mort à Paris le 31 janvier 1891. Il s'est illustré comme peintre, connu pour ses oeuvres sur l'épopée Napoléonienne d'une exactitude historique. On peut voir ses sculptures au musée des beaux-arts et ses toiles au musée d'Orsay à Paris. Il a connu tous les honneurs, devenant président de l'Institut et premier artiste à gravir tous les échelons de la légion d'honneur pour en devenir grand croix. Sa statue est dans la préfecture. Avant lui, un autre Lyonnais, Lazare Meyssonnier a été médecin du roi. En 1699, il a publié un livre De la belle magie ou science de l'esprit. Il a écrit aussi une histoire de l'université de Lyon et du collège de médecine publiée en 1644. Avant, elle était place Saint Pierre, une petite statue reste à l'angle sud de la rue Chenavard.