rue ==>
A |B |C |D |E |F |G |H |I |J |K |L |M |N |O |P |Q |R |S |T |U |V |W |X |Y |Z
trouver votre rue parmi les 4353
par arrondissement: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 toute les rues de Lyon.

Place Edgar Quinet 69006 Lyon

C'est une Moyenne Place

part de Avenue du Maréchal-de-Saxe a Rue de Créqui

Domaine:métropole

Situation:


La place Edgar Quinet se trouve au coeur des Brotteaux dans le sixième arrondissement. Elle est limitée à l'ouest par l'avenue de Saxe, au sud par la rue Vauban, à l'est par la rue de Créqui, elle interrompt la rue Bugeaud.

Qui va de Avenue du Maréchal-de-Saxe a Rue de Créqui

Histoire:


Au 16e siècle, il existait encore un beau monument paraissant remonter aux romains. A la fin du 18esiècle, une pyramide s'élevait devant l'église des Brotteaux, c'était le premier monument expiatoire à la mémoire des victimes du siège de Lyon en 1793. Saint Pothin a été la première église du quartier des Brotteaux, paroisse fondée en 1826 quand les habitants commençaient à s'installer de ce coté ci du Rhône. L'église Saint Pothin et son autel ont été classés monument historique le 2 mai 2007. Au 19esiècle, avant de construire l'église, on avait installé les Arènes lyonnaises où se déroulèrent des spectacles de lutte durant quelques années. En 1840, puis surtout en 1856, quand la population était déjà plus nombreuse, ce quartier a connu deux terribles inondations, dernières réminiscences du temps où les Brotteaux étaient dans le lit de crue du Rhône. En 1899, Emile Nouguier a été arrêté sur la place pour avoir assassiné une patronne de bar à coup de bouteilles. Le professeur Lacassagne étudia le criminel et lui demanda d'écrire sur sa vie, Nouguier le fit en prenant pour narrateur un moineau. Au début du 20esiècle, on a construit le lycée Edouard Herriot, en 1902, le premier réservé aux jeunes filles à Lyon si mes souvenirs sont bons. Lucie Aubrac a enseigné au lycée Edgar Quinet en 1943. En 1944, une professeur de lettres du lycée, Denise Joussot a recueilli chez elle la famille Alexandre, juifs poursuivis par les nazis. Elle en a été récompensé plus de cinquante ans après la médaille des justes et par la légion d'honneur.

historique:

A été dénommée place Saint-Pothin jusqu'en 1901.

Architecture:


L'élément le plus remarquable, la pièce maîtresse qui justifie la place est l'église Saint Pothin construite à partir de 1836, a connu sa première messe à Noël 1843. Elle a l'allure d'un temple grec avec sa double rangée de massives colonnes. Vue de dos, c'est une église bien classique avec son clocher pointu mais toutefois avec un dôme circulaire original. Saint Pothin fut le premier évêque de Lyon, on le trouve parfois sous le nom de Phostin ou Faustin, un saint vénéré au moyen âge pour son pouvoir sur les fauves, à rapprocher du martyr de sa disciple Blandine que les fauves épargnèrent à l'amphithéâtre des trois Gaules. Toujours sur la place, mais au sud, l'austérité et le classicisme des décorations du solide bâtiment en pierre blanche du lycée visait à l'évidence à favoriser une sévère discipline. Coté nord, ce sont deux blocs de maisons. L'un homogène, datant de la fin du 19e siècle, avec de belles façades décorées de fer forgé. L'autre est plus décousu vers la rue de Créqui avec quatre maisons différentes, une ancienne en pierre, les autres en béton, le n°17 datant de 1974. La place elle-même est un square avec deux jolies fontaines.

Dédicace:


Edgar Quinet était un historien du 19e siècle. Il est né le 17 février 1803 à Bourg en Bresse. Il est venu une première fois à Lyon en 1817 pour y faire ses études au lycée Ampère. Il est revenu en 1839 pour y enseigner les lettres à l'université, il a aussi écrit des articles dans le Progrès, il vivait alors rue Jarente. Il a été toute sa vie un fervent républicain, deux fois député, exilé pendant l'empire. Il est l'auteur d'un livre, l'enseignement des foules, publié en 1850 dans lequel il préconise l'enseignement gratuit, laïc et obligatoire. Edgar Quinet est mort à Versailles le 27 février 1875.

Origine du nom:

Historien et homme politique. Né en 1803 à Bourg-en-Bresse, mort à Paris en 1875.
Sources:

data.gouv.fr

Ville de Lyon, Archives municipales de Lyon, index des voies de Lyon, 2021/07/21. sur archives-lyon.fr

Délibération du Conseil municipal du 24 septembre 1901. Rues de Lyon à travers les siècles de Maurice Vanario (2002)

code FUV:28377 code FANTOIR:6903862440Z code INSEE:69386